Ton collègue autiste asperger à la pause café

Salut je suis ton collègue à qui tu dis bonjour tous les jours, que tu croises dans les couloirs, en réunion ou à la cantine. Celui à qui tu sers la main pour ensuite lui raconter ton weekend, lui chuchoter une blague voire lui avouer le dernier potin de l’openspace.

Et bien je suis justement ce collègue. Plutôt rigolard, à l’humour et aux réflexions iconoclastes et au grand sourire. Un peu solitaire aussi, fuyant des fois et avec un petit temps de retard parfois. Souvent je préfère me débrouiller seul, je ne demande pas d’aide et je fignole les détails des tâches qu’on me confie. J’ai aussi une usine à réflexions dans la tête pour interagir avec toi. Du coup je voulais t’en parler. Car je suis autiste asperger. Ce qui fait une certaine différence sans que tu t’en rendes compte.

Un de mes pires moments au travail les matins : la pause café. Un instant codifié et pourtant tellement compliqué et difficilement maitirisable pour moi. Je situe: une machine à café à capsules entre 4 planches pour à peine masquer le son des discussions et de la machine aux autres collègues dans l’openspace. Cet espace qui n’est pas un est synonyme pour moi de bruits. Celui de la machine, des rires et des cuillères dans leur tasse pour touiller ce sucre qui met le temps de boire son café pour être totalement dissolu. D’où la touille continuelle générant un bruit de cloche.

Le concept de la pause est simple. Se détendre en début de matinée autour d’une discussion ”off” entre collègues avec une capsule de la grande consommation. Le principe est de laisser tout le monde parler à part plutôt égale. La règle est triviale: papotage, bavardage, un peu de rigolade et on finit par un ” va falloir y retourner!” et hop fin de la pause et retour à son bureau. La règle est simple pourtant les variations sont multiples.

Commençons par le temps de parole et les passes. Le crachoir est en réalité inégalement reparti car certains possédent un bagou naturel et auront droit à un temps de parliche plus long. Ils devront tout de même renvoyer la balle pour ne pas monopoliser le tsointsoin. Pour cela plusieurs ouvertures: “et toi Marie-Claire le week-end s’est bien passé ?, en Bretagne c’est ça non?”. Belle passe,  Marie-Claire attrape sans souci. “Comme d’habitude je suis allé à Binic dans ma maison de vacances. On s’est balladé…”. Une autre passe : ” et toi Marie-Claire tu ne m’avais pas parlé d’un anniversaire ?”. Là encore facile à attraper. “Je suis allé à Rennes chez mon oncle pour l’anniversaire de ma nièce…”. En gros c’est facile. Attrapper puis raconter mais pas trop pour enfin passer. Penser à rester attentif à une potentielle passe pour ne pas paraître dans la lune. Ensuite surtout ne pas détailler et ne pas compliquer. Ça briserait “l’ambiance”. Des fois la passe personnelle à une collègue pas facile à trouver. Alors dans ce cas une pirouette : la banalité.

La météo est le sujet universel. Profond de banalités, nouveau de répétitions et agréable de lassitude. Le trajet en transport quasi-universel et redondant de monotonie. Même le collègue qui habite à côté peut en parler car justement il habite à côté (sic!). Le sport ça marche aussi mais pas tout le temps, à réserver pendant les grandes compétitions. Sinon un bon fait divers fera toujours une bonne passe. Ni trop scabreux ni trop original, il ouvre le jeu. Il ne réserve aucune surprise mais meuble.

Voici les règles de base. Mais le jeu se parfait d’inombrables exceptions. La plus commune c’est l’anniversaire, la naissance ou le retour de vacances avec option croissants. Le collègue en question sera le centre de la discussion et tout devra se rapporter à lui. On pourra par exemple essayer de deviner son âge. Dans mon cas cette situation de questions et d’attention continue est harrassante. Je ne dit donc pas quand c’est mon anniversaire. J’aurai plus de mal à cacher une naissance mais je préfère ne pas y penser. Parler plus de 5 minutes de la taille et du poids d’un bébé doit être un calvaire. Je viens d’apprendre récemment que lorsque que quelqu’un connait cet heureux événement il est d’usage de lui demander le prénom de sa progéniture. Je ne comprend toujours pas pourquoi sachant que je ne verrai probablement jamais cet enfant mais le contraire pourrait déplaire. De toute façon je ne retiendrai pas le prénom mais maintenant je le demande.

Une autre exception est la présence du boss. Alors il faut le laisser parler un peu plus et le flatter, un peu et pas trop sous peine de ”fayotter”. Ensuite il faut en sa présence se tenir plus droit, éviter certains sujets originaux et répondre avec un langage un niveau au-dessus de celui de la pause habituelle. Attention à ne pas gaffer.
Ces deux exceptions m’ammenent à la troisième : la durée de la pause. Dans le cas anniversaire/naissance ne pas hésiter à être plus détendu et rester plus longtemps. Dans le cas du boss faire plus court et montrer sa niak. Donc pas de temps régulier et un possible malaise à se soustraire d’une pause qui dure. La questions donc qui m’agite, quand partir sans faute. Trop court et je passerai pour un sauvage. Trop long et mon ennui va devenir palpable et déborder. Je vais commencer à danser, ne plus écouter, regarder pas la fenêtre et au final répondre sèchement sans en penser un mot à des questions que je n’ai pas entendues.

Tu as un petit aperçu de ce qui me traversent lors d’une pause café. Je te passe les discussions croisées qui me perdent çar se mélangeant. Les messes basses que je trouve déplacées car ajoutent de l’entropie à l’entropie sans information pour tous. Les potins ou ragots auxquels je suis hermétique.  Heureusement certaines discussions s’appronfondissent, deviennent plus plaisantes pour moi car plus complexes, pointues et enrichissantes mais trop rares. Du coup je ne viendrai pas à toutes les pauses et m’en irai subitement car dans une situation trop inconfortable la fuite est la seule solution avant que mon inconfort devienne physique. Pas grave on ira boire un café un autre coup en tête à tête c’est plus simple. Je suis sur que la météo de ce weekend n’est pas ton unique sujet de discussion !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s